Skip to content
15 juillet 2011 / Amertume Coing-Pomme

ni mieux, ni pire

On reste globalement sur un statu quo ces jours.

Passé quelques jours dans une province lointaine pour les 10 ans de mariage d’un de ses cousins dont elle est très proche. Je n’étais pas sûr jusqu’au dernier moment qu’elle monterait dans l’avion pour se rendre sur place, mais finalement nous sommes partis. Dr Surmoi avait essayé de la rassurer sur une angoisse profonde portant sur « que dire si on me demande ce que je fais / ce que j’ai fait ces 10 dernières années », car pour elle, elle a fait du sur place et elle flippe à l’idée de se prendre un « t’es une grosse nulle » dans la figure (c’est évidemment une projection de ce qu’elle pense d’elle-même, elle en a conscience, mais c’est quelque chose de très profondément ancré en elle…). L’opinion du Dr Surmoi est que dans la société, les gens ne disent pas ce genre de chose, quand bien même ils le penseraient.

Sauf que…

Le lendemain de la fiesta, à l’apéro du repas du soir (et après un repas de midi pour finir les restes assez bien arrosé), après quelques verres, les convenances sociales s’estompent. J’étais en train de pousser ma filleule sur la balançoire et elle discutait avec un des autres convive, parlait de son échec dans la création de sa société d’artisanat. Et l’autre gros c** de balancer (probablement sans réfléchir plus loin que ça) : « ah mais l’artisanat, ça marche bien quand on est doué, ma soeur elle bosse là dedans elle se fait des tonnes de pognon ». Je suis rentré dans la pièce sur cette réplique magnifique.

Badaboum, patatras, rataflop (rayez les mentions inutiles).

Je l »ai récupérée comme j’ai pu, on s’est éclipsé dans la salle de bain pour tenter de récupérer une contenance. Puis comme ça n’allait pas, j’ai annoncé en bas à tout le monde qui entre temps était passé à table qu’elle ne se sentait pas bien et qu’on allait rentré se coucher. Retour à pied, petite balade en discutant de la connerie des gens. On a croisé des chats qui nous ont un peu remonté le moral et traversé de magnifiques jardins associatifs. Retour à la chambre, prise d’anxio (alors que depuis le début du séjour, elle s’en était passé), et longue discussion pour ramener le calme…

Le lendemain ça allait mieux, ce qui est encourageant, parce qu’il y a quelques mois de ça, elle aurait mis plusieurs jours / semaines à se relever. On a déjeuné à l’extérieur pour éviter le lourdaud…

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire
  1. pif / Juil 15 2011 19:23

    une question : aurait elle ‘echoue’ sans la depression ?

    • Amertume Coing-Pomme / Juil 16 2011 12:46

      Le business model n’était pas viable, on s’en est rendu compte a posteriori. Il y avait moyen de le modifier, mais c’est toujours quelque chose de difficile à réaliser sur une petite structure sans cesser complètement l’activité pendant le temps de la réorganisation. Sans la dépression elle aurait peut-être pu faire cette réorganisation. Avec…

      • pif / Juil 17 2011 14:42

        je retiendrai qu’elle aurait pu s’en tirer sans ce handicap.
        et donc qu’il se s’agit pas d’un pur echec professionnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :