Skip to content
6 avril 2012 / Amertume Coing-Pomme

[HS] internement forcé

Un article qui fait froid dans le dos: http://www.collectifpsychiatrie.fr/?p=3468

14 décembre 2011 / Amertume Coing-Pomme

en hiver, il fait moins jour

Ca fait longtemps que je n’ai pas écrit.

Les choses allaient plutôt bien. Mais depuis une paire de semaines, ça se grippe. Elle me dit qu’elle sent qu’elle va retomber. Ses rêves récurrents la récurrent, toujours les mêmes. Elle se replie sur elle même. Pour le moment c’est à peu près sous contrôle. Elle gère par la lecture, les racontards arctiques de Jørn Riel (excellent, ne pas hésiter pour Noël c’est une super idée cadeau). On a décidé de mettre la thèse de côté pour le moment, pour éviter d’ajouter de la culpabilité à tout ça.

Son toubib a évoqué la possibilité d’une de forme névrose d’échec. C’est intéressant parce que ça nomme, mais je ne sais pas trop où ça nous mène…

19 août 2011 / Amertume Coing-Pomme

vacances

Reprise du travail mardi dernier, après deux grosses semaines de vacances.

Au programme il y avait une grande balade à vélo sur une dizaine de jours. Elle n’était pas en top forme mais avait envie de partir. On a attendu que la météo s’améliore et on est parti début août. Mais après environ 40km, un mal de genoux aigu m’a forcé à stopper et à demander un rapatriement via mes parents qui sont venu nous récupérer en voiture. Visite chez le toubib le lendemain, verdict, une sorte de tendinite du genou. Je me suis donc retrouvé au repos forcé. La bonne nouvelle c’est que cette unique journée de vélo lui a fait un bien fou et que depuis elle va bien. Ou alors c’est la baisse de pression suite à mes vacances pendant lesquelles je n’ai quasiment pas allumé l’ordinateur. Toujours est-il que encore aujourd’hui, ça va.  Ni trop haute, ni trop basse. Juste bien. C’est d’un reposant ! Du coup on a fait du rangement et du nettoyage dans la maison, à faible intensité mais sur la durée, des trucs qu’on n’aurait jamais eu le courage de faire juste sur un week end. Plus de la lecture, du visionnage de films…

Ses toubibs à elle sont en congé, et elle reprend ses rdv en septembre. Doigts croisés, pourvu que ça dure.

15 juillet 2011 / Amertume Coing-Pomme

ni mieux, ni pire

On reste globalement sur un statu quo ces jours.

Passé quelques jours dans une province lointaine pour les 10 ans de mariage d’un de ses cousins dont elle est très proche. Je n’étais pas sûr jusqu’au dernier moment qu’elle monterait dans l’avion pour se rendre sur place, mais finalement nous sommes partis. Dr Surmoi avait essayé de la rassurer sur une angoisse profonde portant sur « que dire si on me demande ce que je fais / ce que j’ai fait ces 10 dernières années », car pour elle, elle a fait du sur place et elle flippe à l’idée de se prendre un « t’es une grosse nulle » dans la figure (c’est évidemment une projection de ce qu’elle pense d’elle-même, elle en a conscience, mais c’est quelque chose de très profondément ancré en elle…). L’opinion du Dr Surmoi est que dans la société, les gens ne disent pas ce genre de chose, quand bien même ils le penseraient.

Sauf que…

Le lendemain de la fiesta, à l’apéro du repas du soir (et après un repas de midi pour finir les restes assez bien arrosé), après quelques verres, les convenances sociales s’estompent. J’étais en train de pousser ma filleule sur la balançoire et elle discutait avec un des autres convive, parlait de son échec dans la création de sa société d’artisanat. Et l’autre gros c** de balancer (probablement sans réfléchir plus loin que ça) : « ah mais l’artisanat, ça marche bien quand on est doué, ma soeur elle bosse là dedans elle se fait des tonnes de pognon ». Je suis rentré dans la pièce sur cette réplique magnifique.

Badaboum, patatras, rataflop (rayez les mentions inutiles).

Je l »ai récupérée comme j’ai pu, on s’est éclipsé dans la salle de bain pour tenter de récupérer une contenance. Puis comme ça n’allait pas, j’ai annoncé en bas à tout le monde qui entre temps était passé à table qu’elle ne se sentait pas bien et qu’on allait rentré se coucher. Retour à pied, petite balade en discutant de la connerie des gens. On a croisé des chats qui nous ont un peu remonté le moral et traversé de magnifiques jardins associatifs. Retour à la chambre, prise d’anxio (alors que depuis le début du séjour, elle s’en était passé), et longue discussion pour ramener le calme…

Le lendemain ça allait mieux, ce qui est encourageant, parce qu’il y a quelques mois de ça, elle aurait mis plusieurs jours / semaines à se relever. On a déjeuné à l’extérieur pour éviter le lourdaud…

3 juillet 2011 / Amertume Coing-Pomme

petit point de situation

Globalement, depuis le dernier billet ça a été. Couci couça, mais ça a été.

Questionné sur le sujet, Dr Surmoi estime que les troubles ne sont pas de nature bipolaire, parce que l’angoisse persiste même dans les phases « hautes ». Ça en fait deux qui sont d’accord sur le sujet, ce qui ne veut pas dire que le diagnostique unipolaire est correct mais tend tout demême à le conforter.

Hier, nous avons croisé ma soeur, mari et leur marmaille chez le maraîcher qui alimente la partie de la famille qui vit par ici en produits frais. Gros malaise entre leur bonne humeur et la nôtre qui était plutôt dans le couça.

On devait aller rendre visite à mon frère qui vient d’emménager en banlieue sud de Lyon pour connecter des fils électriques, percer des trous et passer un petit moment à découvrir leur nouvel environnement, mais elle n’était pas en état de prendre la route, prise d’angoisse.  Elle est actuellement couchée avec un anxio, et je tourne un peu en rond.

10 juin 2011 / Amertume Coing-Pomme

soleil

Depuis lundi après midi, on est sorti du marasme. Ça a été assez soudain : le matin ça n’allait pas trop, et l’après midi après la séance de patchwork, on avait basculé du bon côté.

Mardi, rendez-vous chez Docteur Surmoi, qui s’est a priori bien passé. Personnellement, je suis parti mardi soir prendre l’avion pour aller assurer une formation à côté de Nice, et je suis rentré hier soir. Je suis resté en contact proche par téléphone pour surveiller, parce qu’elle me paraissait « trop » bien. C’est très difficile d’estimer si on a une phase (hypo)maniaque ou si l’état est juste « normal » : par contraste par rapport à l’état dépressif, tout parait excessif, d’autant que moi je sors fatigué de la traversé de la phase précédente, avec moins de pêche pour suivre… Le rendez-vous d’hier matin avec Docteur Médoc s’est également bien passé. Il lui a dit que pour lui elle n’était pas bipolaire, et en tout cas pas en phase « haute » actuellement.

 

6 juin 2011 / Amertume Coing-Pomme

vacances en demi teintes

J’ai des congés à écluser, je n’étais donc pas au boulot la semaine dernière. En tant que télétravailleur, les vacances c’est aussi le pouvoir de ne pas allumer l’ordinateur, ne pas lire le mail… un vrai délice.

Dans les sales nouvelles la copine du collègue dont j’avais parlé ici il y a quelque temps s’est jeté par la fenêtre du 3e étage, elle est dans le coma, loin de chez eux. On a appris ça vendredi, ça nous a pas mal secoué, elle et moi.J’ai pris des nouvelles par téléphone ce matin, il n’y aurait plus de risque d’œdème, mais elle n’est pas réveillée, et il y a pas mal de dégâts en dehors du trauma crânien…

Jeudi et vendredi on a reçu des voisins et des amis, profitant ce que j’avais du temps pour cuisiner. Elle a pris sur elle pour faire aussi bonne figure que possible. Samedi, on devait aller fêter des anniversaire dans ma famille. Au moment de partir elle a fait une grosse crise d’angoisse, ne se sentant pas capable de gérer la foule et la marmaille qui commence à s’accumuler de ce côté de la famille. J’y suis allé seul et elle a dormi avec un anxio. Rebelotte le lendemain quand ma sœur et mon beau frère sont passés nous voir sur leur chemin du retour : elle est resté enfermée dans la chambre pendant que je prenais le thé.

Ce matin elle était assez mal. Elle s’est levé vers midi pour déjeuner avant d’aller faire du patchwork, son activité du lundi après midi. En ce moment elle est en train de coudre au rez de chaussée. Je vais éteindre le pc et aller préparer le repas de ce soir.

1 juin 2011 / Amertume Coing-Pomme

creux et bosses

Mardi de la semaine dernière (24/05), journée tournant. Elle a commencé en crise assez profonde, avec idées noires, pensées suicidaires et toute la cohorte des effets de la dépression. Elle a attendu dans la salle d’attente pendant que je discutais avec Dr Médoc, puis nous sommes allé déjeuner en ville, en attendant le RdV avec Dr Surmoi. Je l’ai laissée à la porte et suis allé patienter au café. Le rdv a duré un peu plus longtemps que prévu et pendant que je l’attendais au pied de l’immeuble, je me suis mis à flipper en imaginant des scénarios où elle ne s’était pas rendue au rdv mais était ressortie pour aller se jeter sous un train. J’étais pas en top forme, moi même… Elle est finalement ressortie, et j’ai constaté à mon grand soulagement qu’elle était apaisée et que le rdv lui avait fait du bien.

De mercredi à vendredi, nous étions à Paris. Elle était fatiguée mais ça s’est globalement bien passé, avec un programme sur place à l’ambition réduite pour éviter la surcharge mentale.

Je suis en congé cette semaine, je l’ai accompagné à nouveau à son rdv chez le Dr Surmoi hier, qui s’est également bien passé pour autant que je puisse en juger de l’extérieur. Elle reste très fatiguée, dort beaucoup.

23 mai 2011 / Amertume Coing-Pomme

Lecture en cours

Courants et pratiques Psy, Marc Horowitz et al., Larousse, Paris 2007. ISBN 978-2-03-583313-6 (lien amazon)

Je ferai un CR s’il y a des choses à retenir.

22 mai 2011 / Amertume Coing-Pomme

et moi dans tout ça ?

C’est rude en ce moment. Plein de questionnement sur la nature de la maladie, sur mon rôle, et la vie tout autour qui continue alors que nous sommes tous les deux en quelque sorte arrêtés au bord de la route, sans réelle possibilité de monter dans un wagon.

On va essayer d’aller à Paris la semaine prochaine, c’est planifié depuis un certain temps et sauf gros pépin, ça devrait avoir lieu. Mercredi, je risque de devoir aller discuter avec mon associé et PDG qui s’est mis en tête de me faire passer un entretien annuel, ce dont je n’ai pas envie. Il y a plein de trucs qui merdent dans la boîte, je ne suis pas d’accord avec sa façon de la gérer. En toute logique ça devrait être un bon moment pour lui faire un retour, mais la situation s’est pourrie progressivement  depuis 2 ans maintenant, et il y a tellement de passif que ça va être difficile pour moi. J’esquive cet entretien depuis cinq mois, parce que je sens qu’il y a un potentiel pour que ça dégénère salement. Et j’ai en tête des soucis  autrement plus prioritaires pour moi que la gestion de la société.

Hier soir, en allant à un concert, j’ai discuté avec elle de ce doute sur trouble uni ou bipolaire. Discussion difficile, il a fallu que j’argumente sur de possibles épisodes hypomaniaques ou mixtes, dont elle n’a pas de souvenirs ou pas de souvenirs précis. Sa conscience du temps est altérée, elle a parfois l’impression que des événements qui se sont déroulés il y a 2 mois ont eu lieu la semaine dernière, ce qui ne facilite rien. Et dans tous les cas de tels épisodes, la prise d’AD me laisse un énorme doute sur la cause de l’épisode : mauvais dosage de l’AD ou trouble bipolaire. Elle veut bien que je téléphone à Dr Médocs pour prendre un rendez-vous avez lui et discuter spécifiquement de cet aspect des choses. Je suis content de tenir ce blog, je vais probablement lui en donner des extraits. Je ferai ça lundi.

Le concert était bien. sur le chemin du retour, on a croisé dans la campagne un jeune renardeau. Et 2 km plus loin, 2 autres jeunes renardeaux qui s’était fait rentrer dedans par une voiture avec un 3e frère en train de pleurer dans le fossé. On s’est arrêté pour les sortir de la route et éviter au 3e de subir le même sort. Et on est rentré à la maison avec les larmes aux yeux et le morale dans les chaussettes.

Aujourd’hui, elle est couchée, sans énergie, pas avec des idées noires, juste un sentiment diffus d’angoisse, et aucune pêche. Je suis allé faire un tour à vélo, seul, j’avais besoin d’activité physique. Elle m’a laissé partir, avec moins d’angoisse que ce qu’elle a eu vendredi, ou elle s’est fait violence pour me laisser aller à l’entraînement d’aïkido malgré son état d’angoisse intense.